The Sacred in Japanese daily lives (EN/FR)

En Francais

All of that for a train?! Am about to explain

Sometimes I tend to forget I lived a couple of years in Japan. These times feel far away; in 2016 I left Japan angry, worn out by the life in Tokyo. When people ask me why I liked Japan so much, it is hard to convey into words what attracted me in the first place, and what I miss the most. It is a lot of different things, with one commonality: the Sacred.

            The Sacred is everything related to God, religion, or spirituality. It is opposed to the Mundane, the daily affairs of the human realm. In my home country, the Sacred is Christian and it has been shunned from the public space. In Japan, the Sacred has its roots in Shintoism and Zen Buddhism. After having been gone from Japan for two years, I realize now what I miss the most is the influences of Zen in my daily life. The Sacred in Japan is subtle, soft, expressed in daily rituals and attitudes. It molds itself to any situation, and that’s why it succeeded in soothing even an atheist like me.

Zen discipline aims to attain enlightenment, Satori. Satori is beyond the world of language, it cannot be conceptualized, cannot be reasoned or explained logically. You can never understand the Zen experience from the outside, you need to live it. Hidden in our daily concrete experiences, it can only be felt, practice after practice. Because satori is hidden to us, meaning comes from within; it is in being itself, becoming itself and in living itself (kono-mama, sono-mama, “-isness” of things). Thus, in Japan the Sacred infiltrates itself in all our daily actions, mundane meditations that enable us to appreciate the moment fully, in his infinity.  

What is Zen? – Zen

People that have been to Japan, or spent time with Japanese people, often comments on their meticulousness, their focus on the right way of doing things, to the point where their attention to detail can become annoying. Japanese people rarely just do something, they do it with their whole self in the moment, and that is why they are particularly attracted to repetitive actions.

Ultimately, doing is at the heart of their philosophy, since Zen cannot be grasped cognitively. Each moment is finite in itself, and each repetition is unique, absolute. Zen is repeating the same karate kata over a lifetime, folding a thousand origamis or tracing the same kanji over and over again. It is sitting in front your garden every day for a year just to observe how the seasons change.  

Résultat de recherche d'images pour "japanese circle calligraphy"
Ensô: Absolute, All and Nothing

I remember when I would visit my Japanese Grandpa Kenichi and Grandma Akiko. I would enter bowing, remove my shoes in the geikan and salute them. Akiko would give me the slippers she kept just for me. At first, we would always discuss the weather ‘Have you seen the sakura trees in Minotomirai, they are early this year’ or ‘It is cold and humid, please be careful not to catch a cold’. I would comment the painting or the floral arrangement in the tokonoma.

Then Akiko would bring out the chawans (tea bowl) and place them in front us, in the exact right spot. We would drink tea together and she would peel delicately a peach, a kaki or a pear depending on the season, slice it with utmost focus and offer it to us. We would spend time commenting the taste, shape or color or the fruits. Sometimes with luck they would have other sweets such as ryokan or yatsuhashi, on a beautiful little plate. In the shade of the living room, the fuming bowls of tea and the fruits then appeared the most beautiful presents in the whole world.  

 Someone might read this little scene and think to themselves “Okay that’s just a long description of having tea with grandparents, what’s the point”. Those daily acts are the point, mundanities sacredly important in Japan. Akiko never just sliced a fruit and threw it on a plate. No, each of her actions, as little as they seemed, were infused with a sense of the sacred. Having tea was an absolute moment, where nothing else disturbed our actions and we were one with ourselves.

Having tea with your friend and eating fruit is a ritual that a Japanese person has done thousands of time in their lifetime, and each time they seem to appreciate it like it is the first and last time. They even codified these actions into the Tea Ceremony, the ultimate zen experience of having tea. It is about tea, yet it is about much more.  

Superb video on the ceremony (CC captions are available in English)

In a world where a lot of us are burnt out, gliding through each day, through actions, just to get it done, out of the way. In a world where we fill every instant with occupation and words, I miss Zen because it escapes our minds constant attempts to analyze and improve.

Japanese society has not been exempted from the imperatives and sufferings of our modern lives.  The Sacred, this attention to the essence of things and actions have been perverted to serve objectives such as productivity, optimization, efficiency. Yet in a lot of ways, Japanese people still carry a lot of little rituals in their daily lives, whether they even realize it or not. Just stand at a Japanese train station and observe station employees or train conductors. Their precise and dedicated gests, their impeccable uniform, their bows show their love for rituals and repetitions.

Le sacré dans la vie au Japon

tout ça pour un train?! Je vais vous expliquer

Parfois j’oublie presque que j’ai vécu au Japon quelques années. Ces temps-ci semblent bien lointains ; en 2016 j’ai quitté le Japon en colère, épuisée par la vie à Tokyo. Quand les gens me demandent pourquoi j’aimais le Japon autant, c’est difficile d’exprimer ce qui m’attirait au début, and ce qui me manque le plus. C’est beaucoup de choses différentes, avec en commun : Le Sacré.

                Le Sacré est tout ce qui concerne Dieu, la religion ou la spiritualité. Il s’oppose au Mondain, les affaires quotidiennes du royaume humain. En France, le Sacré est judéo-chrétien, et a été exclu de l’espace public. Au Japon, le Sacré prend ses racines dans le Shintoïsme et le Bouddhisme Zen. Deux ans après avoir quitté le Japon, je réalise aujourd’hui que ce qui me manque le plus est l’influence du Zen dans ma vie quotidienne. Le Sacré au Japon est subtile, s’exprime dans les rituels quotidiens et les attitudes. Il s’adapte à chaque situation, et c’est pourquoi il peut calmer même une athée comme moi.

                La discipline Zen a pour but d’atteindre l’Illumination, Satori. Satori est au-delà du langage, il ne peut pas être conceptualisé, ne peut pas être raisonnée ou expliquer logiquement. Il est impossible de comprendre l’expérience zen de l’extérieur, il faut la vivre. Cachée dans nos experiences quotidiennes et concrètes, elle peut juste se ressentir, pratique après pratique. Parce que Satori nous est caché, le sens provient de l’intérieur : il est dans être soi, devenir soi et vivre soi (kono-mama, sono-mama, essence des choses). Au Japon le zen s’infiltre donc dans toutes nos actions, médiations banales qui nous permettent d’apprécier le moment dans son entièreté, son infini.

                Qu’est ce que le Zen ? – Zen.

                Les gens qui ont visité le Japon ,ou passé du temps avec les Japonais, commentent souvent leur méticulosité, leur attachement à la bonne façon de faire les choses, au point que leur attention du détail peut devenir ennuyeuse. Les Japonais font rarement juste quelque chose, ils le font avec tout leur être dans le moment, et c’est pourquoi ils aiment les répétitions.

Faire est au centre de leur philosophie, puisque Zen ne peut être compris cognitivement. Chaque moment est fini, et chaque répétition est unique, absolue. Zen, c’est répéter le même kata de karaté toute une vie, plier mille origamis, ou tracer le même kanji encore et encore. C’est s’asseoir devant son jardin tous les jours pendant un an juste pour observe le passage des saisons.

Résultat de recherche d'images pour "japanese circle calligraphy"
Ensô: l’Absolu, Tout et Rien

                Je me souviens de quand j’allais visiter mes grands-parents japonais, Akiko et Kenichi. J’entrais en m’inclinant et enlevais mes chaussures dans le geikan en les saluant. Akiko m’offrait les pantoufles qu’elle gardait juste pour moi. Au début nous parlions toujours du temps qu’il faisait, « As-tu vu les sakuras à Minatomirai ? Elles sont tôt cette année » ou « Il fait froid et humide, fais attention à ne pas attraper froid ». Je commentais la peinture et l’arrangement floral du tokonama.

Puis Akiko apportait les chawans et les plaçait devant nous à l’endroit exact. Nous buvions du thé ensemble puis elle pelait délicatement une pêche, une poire ou un kaki selon la saison, les coupait avec une concentration extrême, et nous les offrait. Nous passions du temps à commenter le goût, la forme et la couleur des fruits. Parfois ils avaient d’autres sucreries comme des ryokan ou des yatsuhashi, arrangés sur une jolie assiette. Dans la pénombre du salon, les bols de thé fumants et les fruits m’apparaissaient les plus cadeaux au monde.

                Quelqu’un lira cette petite scène et pensera sans doute « D’accord, c’est juste une long description de prendre le thé avec des grands-parents, quel intérêt ? ». Ces actes quotidiens sont l’intérêt, mondanités sacrément importantes au Japon. Akiko n’a jamais juste coupé un fruit pour juste le jeter sur une assiette. Non, chacune de ses actions, aussi petites qu’elles paraissaient, était infusée par un sens du sacré. Prendre le temps était un moment absolu, ou rien d’autre ne venait nous déranger et nous étions un avec nous-mêmes.

Prendre le thé avec ses amis et partager des fruits est un rituel que les Japonais exécute des miliers de fois dans leur vie, et à chaque fois ils semblent l’apprécier comme la première et dernière fois. Ils ont même été jusqu’à codifier leurs actions dans la cérémonie du thé, prendre le thé devient l’ultime expérience zen. C’est du thé, et pourtant c’est beaucoup plus.

Superbe vidéo sur la céremonie (sous titres CC disponibles en anglais)

                Dans un monde où beaucoup d’entre nous sont épuisés, glissant à travers chaque journée, chaque action pour en finir, pour faire la suivante. Dans un monde où on remplit chaque instant avec des occupations et des mots, Zen me manque parce qu’il échappe aux efforts constant de nos esprits d’analyser et d’améliorer.

                La société japonais n’a pas été exemptée des impératifs et souffrances de nos vies modernes. Le Sacré, cette attention à l’essence des choses et des actions, a été perverti pour servir les objectifs de productivité, optimisation ou efficacité. Et pourtant les Japonais continuent d’exécuter pleins de petits rituels dans leurs vies quotidiennes, qu’ils s’en rendent compte ou pas. Restez dans une gare au Japon et observez ces employés de la gare et les conducteurs des trains. Leurs gestes précis et dédiés, leur uniforme impeccable, leurs courbettes à eux seuls montrent  leur amour des rituels et des répétitions.