Three days in Marseille: winds of protests, provocative art and popular energy (EN/FR)

En Francais

                After almost 1-month home looking for work, I am finally out! From Toulouse I first went to Montpellier for a couple of days before taking the train to Marseille to stay with a couple of friends. I had been to the city a couple of times before, one or two days here and there, and I always loved the atmosphere. Marseille is the second biggest French city, and yet surprisingly misunderstood or unknown to most French people.

One little corner of Marseille: its sea, its hills and its buildings

                Walking to my friends’ apartment the first day, two elements jumped at me: one, the topography of the city, with its multiple hills and steep streets (my friend lives on top of one and with a heavy bag the walk there was terrible) and two, the insane number of graffiti’s, tags and posters decorating each wall in the city. There is a real energy here; the streets and squares are full, music blasts from cars, people stop to chat or yell. They own their neighborhood and their identity fiercely.

                The landscape of the city, its sea of tile roofs, its projects (or council estates), the Mediterranean Sea, appear and disappear depending on the street and the altitude, ever changing, always teasing you. The famous wind Le Mistral dives in the narrow streets of high buildings and runs down the streets with you.

                The first day I went with my friend to Notre Dame de la Garde, the famous church sitting above the city, watching and protecting. From where we stayed, we passed by Jean Jaurès square, called La Plaine by the inhabitants with affection. The mayor decided to wall the square to allow the realization of contested renovation works opposed by the inhabitants and neighborhoods’ committees. Once a popular square, with its emblematic market, the new plan wants to extend bars and coffee shops terraces and reduce the amount of free, public space.

                My friend notes that between the Yellow Jackets protests, protests against the mayor’s plans for La Plaine, and the collapse of old buildings in the neighborhood, a wind of protests and defiance blows in Marseille. The number of tags calling for popular resistance, revolution or changes attest of it.

                We go down stairs toward Cours Julien and suddenly the city and the sea throw themselves to our feet, basked in golden lights. I hold my breath an instant.

The sea is hidden in the background

                In Cours Julien, graffities art take on another level and decorate each wall and shop fronts with large colored frescos, each more beautiful than the next. Four or five streets are entirely decorated and next time you drop by Marseille, I recommend you drop by there. Street art seems to be part of Marseille’s identity. The city is full of it, and the rivalry between artists is expressed on its wall, from the most basic tag to the most elaborated fresco.

                 To go to Notre Dame de la Garde, we took the bus from the old harbor all the way up the hill where the church sits, suspended between sky and sea. This day the light was grey, hard, and the sea had a metallic texture. A cold wind blew strongly. The church was there, heir of centuries of worship in this location, witness to the city’s history, still bearing the scars of World War Two on her walls. The church mirrors Marseille, with her white and grey/green bricks, her Mediterranean style, almost Orthodox with her domes, a true place of worship and war.

Inside the domes are decorated with golden mosaics and the style is soberer than what you would expect. The walls are full of plaques and paintings tracing the history of the city, proof of the inhabitant’s attachment and devotion: “Thank you for sparing me. Great Cholera Epidemics of 1844” “For having protected our sailors” “For my sons fallen on the battlefield”. From the ceilings chains of miniature boats hang and delicately remind us of the debt Marseille owes to the sea, debt often paid with the blood of her sons.

The second day, my friends took me to see La Friche La Belle Mai It used to be a manufacture, but today it has become a public space and today it shelters a coffee shop, an awesome rooftop bar, a movie theater, several exhibits, a courtyard for children and adults to play in, several associations. Multiple cultural or social activities are organized each year. We had local beers and homemade pies in the sun, then for only 3 or 5€ we could visit three exhibitions.

The first one was a retrospective on the work of the graphic collective Le Dernier Cri. They print provocative, colorful posters or books, shamelessly sexual, violent or uncomfortable. I could immediately recognize Japanese influence. We needed an hour to truly appreciate all the details and colors of the works, numbering several hundreds. I really loved it.

The second exhibit of contemporary art played with movement, perspective and light in a very subtle, almost magical way. They had hair dryers flying a paper plane endlessly, a moving plant, paintings whose colors changed imperceptibly. Children and adults alike pressed themselves to experience and understand the installations. The third exhibit was about architecture, design and bio-morphism, not my favorite topic but the quality was consistent.

The whole place vibrated of creative and human energy, and revendicated this irreverent, rebellious spirit I noticed in the city. We came home full and content and, in the night, went to eat at a small Chilean Restaurant that was very good.

The third day I woke up early, worked a bit then decided to walk to the train station by the popular neighborhood of Noailles. I went there specifically to buy mesmens, Moroccan pancakes filled with meat, olive or cheese. There the narrow streets burst with life and commerce, are filled with people from all over the world. Arabic is heard more than French. People try to sell me black market cigarettes. A Muslim preacher collects money to renovate the Mosque. Everyone is joyous, loud and friendly.

By the time I sit in the train and head up to the French Alps, my soul and belly are filled and I regret not staying one more week.

(Ps: the pictures of La Friche and of Noailles are not mine)

Marseille: Vent de révolte, arts alternatifs et énergie populaire

Après presque 1 mois passé à la maison en recherche d’emploi, enfin dehors! De Toulouse je suis d’abord allée à Montpellier avant de partir pour Marseilles chez un couple d’amis. J’ai visité la ville plusieurs fois auparavant, deux ou trois jours par-ci par-là, et j’ai toujours aimé mes visites. Marseille est la deuxième ville de France mais est suprenamment méconnue et mal comprise. Elle apparait dans les nouvelles seulement quand la violence érupte dans les fameux quartiers nords ou quand un quelconque ministre daigne à s’y rendre pour parler du chômage ou dire des platitudes sur la sécurité.

One little corner of Marseille: its sea, its hills and its buildings

En marchant jusqu’à l’appartment de mon ami, deux élements me sautent au visage: un, la topographie de la ville, avec ses multiples collines et rues pentues (mon ami vit en haut d’une, et y marcher avec un gros sac à dos n’était pas facile), et deux, le nombre impressionant de graffitis, tags et affiches placardés sur tous les murs de la ville. Il existe une véritable énergie ici: les rues et les places sont pleines de monde, la musique hurle des voitures, les gens s’arrêtent pour se parler ou se héler. Ils possèdent avec fierté leur identité et leur quartier.

Le paysage de la ville, sa mer de toits en tuile, ses immeubles HLM, la mer Méditerrannée, apparait et disparait au gré des rues et de l’altitude, toujours changeant, toujours joueur. Le Mistral s’engouffre dans les rues étroites bordées de hauts immeubles et les dévale avec vous.

Marseilles vue de Notre Dame

Le premier jour mon ami et moi furent à Notre Dame de la Garde, la fameuse église perchée sur sa colline, protégeant et dominant la ville. De l’appartement, nous passames par la place Jean Jaurès, affectueusement surnommée la Plaine par ses habitants. Le maire a récemment décidé de murer la place pour que des travaux de rénovation contestés par les habitants et les comités de quartiers s’y déroulent en paix. Grande place populaire avec son marché emblématique, le nouveau plan de développement prévoit d’étendre les terrasses des bars et cafés et de réduire les espaces publics, gratuits.

Mon ami commenta que entre les Gilets Jaunes, les manifestations contre les rénovations de la Plaine, et l’effondrement d’immeubles vétustes dans le quariter, un vent de contestation et de révolte souffle à Marseille. Le nombre de tags appellant à la résistance citoyenne, à la révolution ou en changement en atteste.

Nous descendions des escaliers vers Cours Julien et soudainement la ville et la mer se jettèrent à nos pieds, baignés dans une lumière doré. Je retins a respiration un instant.

La mer se cache au fond

Au Cours Julien le street art marseillais prend une nouvelle dimension et décore chaque centimètre des murs et des dévantures, chacun plus beau l’un que l’autre. Quatre ou cinq rues are entièrement décorée et si à l’avenir vous passez par Marseille je vous reccomende de vous y arrêter. Le street art semble faire parti de l’identité marseillaise et la compétition entre les graffeurs s’affiche sur ses murs, du tag le plus basique à la fresque la plus élaborée.

Pour se rendre à Notre Dame de la Garde nous prîmes le bus depuis le Vieux Port jusqu’en haut de la colline où se trouve l’église, suspendue entre le ciel et la mer. Ce jour là la lumière était grise, dure, et la mer avait pris cette texture métallique. Un vent froid soufflait fort. L’église était là, héritière de plusieurs siècles de culte en cet endroit, témoin de l’histoire de la ville, portant encore les cicatrices des balles de la Deuxième Guerre Mondiale sur ses murs. L’église est le mirroir de Marseille, avec ses briques blancs et bleu-vertes, son style Méditérranéen, presque orthodoxe avec ses domes, un véritable lieu de culte et de bataille.

A l’intérieur les domes sont décorés avec des mosaïques dorés, et le style est plus sobre que l’on ne le penserait. Les murs sont couverts de plaques commémoratives et vautives, retraçant l’histoire de la ville, preuves de l’attachement et de la dévotion des habitants. « Merci de m’avoir épargné. Grande épidémie de choléra de 1844 » « Pour la protection de nos marins » « Pour mes fils tombés au champs d’honneur ». Du plafond pendent des mobiliers faits de maquettes de bateaux qui rappelent délicatement la dette de Marseille envers la mer, dette souvent payée avec le sang de ses fils.

Le deuxième jour mes amis m’amenèrent à La Friche de la Belle Mai . Cette ancienne manufacture est devenue aujourd’hui un espace public avec un café, un super bar sur le toit, un cinéma, plusieurs expositions, une aire de jeux pour les enfants et les adultes, et plusieurs associations. De multiples activités culturelles ou sociales y sont organisées chaque année. Nous avons dégusté des bières locales et des tartes maisons au soleil avant d’aller visiter trois expositions pour seulement 3 ou 5 euros.

La première exposition était une restropective organisée par le collectif international graphique Le Dernier Cri. Ils impriment des sérigraphies provocantes, des posters pleins de couleurs, fièrement sexuels, violents ou incomfortables. J’ai immédiatement reconnu l’influence japonaise. Nous avons eu besoin d’au moins une heure pour apprécier les détails et les couleurs de la centaine de posters. J’ai vraiment aimé le parti pris.

La deuxième exposition était composée de plusieurs installations d’art contemporain qui jouaient avec le mouvement, les perspectives et le mouvements de façon très subtile, presque magique. Il y avait des sèche cheveux faisant voler sans fin un avion en papier, une plante qui bougeait, des peintures dont les couleurs changeaient imperceptiblement. Les adultes et les enfants se pressaient devant les oeuvres pour les comprendre et les vivre. La troisième exposition était sur l’architecture et le biomorphisme, pas mes sujets de prédilection mais la qualité était là.

Tout l’endroit vibrait d’énergie humaine et créative et revendiquait l’esprit irrévérencieux et rebelle de la ville. Nous sommes rentrés heureux et contents, et la nuit venue nous sommes allés dans un bon petit restaurant chilien.

Le troisième jour je me levai tôt, travaillai un peu avant de décider de marcher jusqu’à la gare en passant par le quartier populaire de Noailles. J’y allais spécifiquement pour acheter des mesmens, des crêpes feuilletées maroccaines fourées avec de la viande, des olives ou du fromage. Là bas les rues étroites débordent de vie et de commerce, remplies de gens du monde entier. L’arabe s’entend plus que le français. On essaye de me vendre des cigarettes de contrebande. Un précheur musulman collecte des dons pour la rénovation de la mosqué. Tout le monde est joyeux, bruyant et amical.

Quand je m’asseois enfin dans la train vers les Alpes, mon âme et mon ventre sont bien remplis et je regrette de ne pas rester une semaine de plus.

(Ps: les photos de la Friche et de Noailles ne sont pas les miennes)